Il y a un an, je m'inscrivais à l'ANCRE, une association qui offre aux cadres en recherche d'emploi, durant 2 mois intensifs, la possibilité de faire le point, de se remettre en cause, de se doter de certains outils afin de construire son projet professionnel, de reprendre confiance en ses possibilités et de repartir mieux armé sur le marché de l'emploi. Tout cela se fait en travail de groupe, difficile de par les différentes personnalités, par les différents domaines d'activités mais surtout très riche et constructif dans le but que l'on se donne.

Intervenant à l’ANCRE

Il y a un an, je m’inscrivais à l’ANCRE, une association qui offre aux cadres en recherche d’emploi, durant 2 mois intensifs, la possibilité de faire le point, de se remettre en cause, de se doter de certains outils afin de construire son projet professionnel, de reprendre confiance en ses possibilités et de repartir mieux armé sur le marché de l’emploi. Tout cela se fait en travail de groupe, difficile de par les différentes personnalités, par les différents domaines d’activités mais surtout très riche et constructif dans le but que l’on se donne.

    J’ai vraiment adhéré à de nombreuses idées qui nous étaient apportées par les accompagnateurs, renforcées par les expériences de plusieurs intervenants (souvent d’anciens membres).

    Maintenant, suite à leur demande, je vais devenir intervenant à mon tour sur les sujets  “création de son réseau” et “recherche d’emploi sur internet”; sujets qui me tiennent particulièrement à coeur puisque :

  • C’est la meilleure manière de connaître le marché dans son domaine d’activité
  • 60 à 70% des emplois ne proviennent pas d’annonces mais des relations que l’on entretient, des opportunités que l’on saisit lors de salons, rencontres …
  • C’est comme cela que j’ai retrouvé rapidement une mission cette année chez France Telecom R&D, 1 mois 1/2 après ma session à l’ANCRE, par le biais du site viaduc.com.

    La semaine suivante, suite à un entretien avec le consultant qui me suit à l’APEC, celui-ci m’a proposé également d’intervenir durant des sessions de travail des cadres… Je pense que je vais accepter dès que ma “prestation” sera bien rodée

    Après ma première intervention auprès de l’ANCRE, j’ai fait le point sur ma “prestation” et il faut que j’améliore ma présentation orale… Après quelques recherches, je suis tombé sur un article sur le site internet emploicenter.com traitant du sujet. J’intègre donc cet article dans ce billet, ce qui me permettra d’y revenir de temps en temps pour relire les différentes consignes.

Réussir une présentation orale

En interne ou devant des clients, être bon en présentation vous permettra de faire la différence. Cela suppose de capter et de garder l’attention de l’auditoire. Tout un art, qui s’apprend. (07/12/2005)
 
Bâillements, regards dans le vide, concours de griffonnage… Pour éviter de voir de tels symptômes d’ennui dans l’auditoire le jour où vous prendrez la parole, voici les conseils de Jean-Pierre Léglise, consultant et formateur en communication.

1  Bien se préparer

Adapter sa présentation
“Ceux qui font une présentation oublient trop souvent de se centrer sur l’intérêt de leurs interlocuteurs”, note Jean-Pierre Léglise. En amont, cela suppose de préparer chaque présentation selon l’auditoire. “C’est un travail contraignant mais nécessaire”, insiste-t-il. Il vous permettra aussi de vous sentir plus à l’aise lors de votre intervention.

Attention à PowerPoint
PowerPoint ne sert qu’à accompagner votre discours. Lorsque vous préparez vos “slides”, limitez-vous aux mots clés, qui seront un point de départ pour votre présentation orale.

S’entraîner
Réussir une présentation orale, cela s’apprend. Vous pouvez vous entraîner avec des collègues ou en formation. Rien ne vaut la vidéo pour bien détecter ses défauts. Pensez aussi à vous chronométrer.

Se relaxer juste avant d’intervenir
Quelques minutes avant la présentation, il faut se mettre dans de bonnes conditions. “Cela passe notamment par la respiration. Inspirez en comptant jusqu’à quatre, expirez en comptant jusqu’à huit”, conseille le formateur. “Cela crée un vide émotionnel relaxant.” Ensuite, préparez la salle, vérifiez que tous les outils fonctionnent et accueillez les participants.
 
2  Capter l’attention

Trouver une accroche
L’accroche vous permet d’attirer l’attention sur vous. Cela peut être une anecdote ou une question. Par exemple, dans le cas d’une intervention sur le thème Réussir une présentation orale, une accroche possible serait : “Qui parmi vous n’a jamais dormi pendant une présentation ?”

Se centrer sur l’auditoire
“La présentation de votre société en Indonésie n’intéresse pas votre client qui habite dans l’Oise”, plaisante Jean-Pierre Léglise. Cela paraît évident, mais on néglige trop souvent l’intérêt de l’auditoire, auquel il faut répondre dès le début.

Et toujours… Attention à PowerPoint
Ne lisez pas votre présentation PowerPoint. Partez uniquement des mots clés pour développer votre discours.
 
3  Etre efficace

Faire court
“Un adulte a une capacité d’écoute limitée à douze minutes en moyenne”, constate-t-il. Gardez ce chiffre en tête. Bien sûr, vous ne pourrez pas forcément tout dire en douze minutes. Mais vous pouvez en revanche ponctuer votre présentation de petites pauses : questions de l’auditoire, distribution d’un document, visionnage d’un film… Méfiez-vous cependant des documents supports qui risquent de monopoliser l’attention de l’auditoire, au dépend de votre discours. Si vous décidez de favoriser l’interactivité, vous devez vous sentir suffisamment à l’aise pour bien reprendre la main après une question. Si vous choisissez de prévoir un temps spécifique pour les questions, par exemple à la fin, annoncez-le dés le début.

Conclure efficacement
Vous rappellerez au moment de la conclusion les trois ou quatre principales idées que l’auditoire doit mémoriser. “La conclusion doit aussi donner une perspective”, note-t-il.
 
4  Garder l’attention

Se mettre à la place de l’auditoire
Vous devez apporter des arguments jugés forts par l’auditoire. Cela suppose d’avoir réfléchi à ses besoins.

Etre convaincu
Si vous ne croyez pas en ce que vous dites, vous avez peu de chance de convaincre vos interlocuteurs.

Soigner la forme
“La forme prime sur le fond”, relève Jean-Pierre Léglise. Sans une forme adaptée, le fond ne passe pas. Le regard, la voix, la gestuelle ou encore l’attitude permettent de transmettre sa conviction. Il faut parler suffisamment fort et varier les intonations.
 
5  Soigner l’expression

Eviter les tics de langage
Les “euh”, “donc” et autres “alors” polluent votre discours. L’orateur en est rarement conscient, mais les auditeurs entendent rapidement ces tics de langage. Pour les corriger, il faut les détecter, grâce à un enregistrement, et s’entraîner.

Travailler la scansion
Habituez-vous à remplacer ces mots “polluants” par un silence. “Les silences laissent le temps à l’auditoire d’intégrer vos propos. De plus, cela vous permet de mieux organiser votre pensée.”

Faire simple
Evitez le jargon et les mots compliqués qui risquent d’exclure certains de vos interlocuteurs. Préférez des phrases courtes.

A propos Nicolas Chopin

Fondateur du site SynerGeek.fr. Passionné par l'informatique, le web et les technologies, j'aime partager mes découvertes. Rejoignez-nous pour partager vos connaissances, vos expériences et développer votre réseau professionnel

Je vous propose également...

IPv6 où en est-on?

L’IPv6 j’en entends parler depuis ma formation d’admin sys&réseaux… Et ça remonte déjà à plus …

Conférence Sécurité & Réseaux informatiques à Caen

TEICEE, entreprise de services informatiques, fête ses 5 ans… et organise à cette occasion, jeudi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.