Responsable d’exploitation: fiche métier

Exploitation informatique

Constamment sur la brêche, ce maillon essentiel de la DSI est responsable de la production informatique, de plus en plus capitale pour les entreprises. Décryptage du rôle, des salaires , et des compétences.

Responsable d’exploitation : un manager plus qu’un technicien

Le responsable d’exploitation informatique, parfois appelé le responsable de production informatique, s’assure du bon fonctionnement et de l’optimisation de la production et de l’exploitation informatique de l’entreprise. Certaines offres d’emploi portent l’intitulé de responsable technique de compte pour ce poste.

Il travaille le plus souvent dans de grandes entreprises, dont le système d’information contient pour une part importante des fonctions de production et des outils tels que des ERP, des progiciels métiers spécifiques, liés à des unités de production, comme la supply chain par exemple dans le domaine de la logistique. Mais l’on croise de plus en plus souvent des responsables d’exploitation dans les sociétés de service qui proposent des offres d’infogérance à leurs clients dans le cadre de contrats d’externalisation.

il est le garant des engagements de la DSI auprès des métiers

Concrètement, il est le garant des engagements de la DSI auprès des utilisateurs internes (les métiers) du système de production informatique de l’entreprise. Il va donc piloter la production informatique, mais aussi l’administration des systèmes, et l’assistance aux utilisateurs. Planification, normes, organisation, délais, autant de contraintes de production qu’il doit prendre en considération dans le cadre de son travail.

Pour ce faire, il maîtrise les aspects architecturaux et fonctionnels du système d’information, et ce de manière à évaluer et maîtriser les risques technologiques.

Pour assurer ses missions, il travaille avec le service des études. Il valide les produits finis issus des projets, et assure leur mise en production.

Enfin, le responsable de production dirige souvent une équipe chargée de l’assister dans sa tâche, ce qui demande des compétences de management et de coordination, souvent utiles. De fait, une part de connaissance en ressource humaines est de plus en plus exigée.

Un positionnement variées en fonction de la taille de l’entreprise

Le responsable d’exploitation informatique est chargé de la coordination de la production pour une partie ou pour l’ensemble des produits d’une unité de production. Il peut en effet être spécialisé sur des tâches de production précises dans les très grandes entreprises.

Dans ce cas, il sera souvent nommé responsable de ligne de fabrication. L’organigramme le met alors sous la responsabilité du directeur de production, ou bien du directeur d’usine, ou encore du directeur technique.
Ailleurs, et spécifiquement là ou le système d’information porte sur un périmètre transverse, le responsable d’exploitation informatique sera posté sous la responsabilité du Directeur des Systèmes d’Information, au sein d’une DSI.

Toujours en fonction de la taille de l’entreprise, il sera amené à travailler avec d’autres services, tels que l’entretien et la maintenance, les achats, les méthodes et planning.

Mais dans les petites entreprises industrielles, où les fonctions de “run” occupent des places prépondérantes sur les études par exemple, le responsable d’exploitation sera en lien direct avec le directeur général.

En fonction de la taille de l’entreprise, il sera amené à travailler avec d’autres services, tels que l’entretien et la maintenance, les achats, les méthodes et planning.

La formation, et surtout l’expérience

Si le niveau d’étude et le diplôme est important, c’est véritablement l’expérience qui permet d’accéder à un poste de responsable d’exploitation informatique.

5 à 10 ans d’expérience dans le secteur de l’exploitation ou du développement sont généralement requis par les employeurs pour pouvoir prétendre à ce type de poste. Côté étude, un master est de plus en plus exigé.

Le relationnel et l'action, deux savoir être importants.  ©  Institut Télécom
Le relationnel et l'action, deux savoir être importants. © Institut Télécom

Mathématiques, informatique, électronique, diverses formations techniques sont possibles. Mais en plus de l’expérience technique (connaissance de la fabrication et des métiers), c’est surtout l’expérience managériale qui est importante.

Selon l’Institut Télécom, qui forme chaque année des étudiants qui peuvent s’orienter vers ce poste, le relationnel et la réactivité sont des savoir être majeurs pour faire face aux responsabilités qui pèsent sur ce poste.

Enfin, la maîtrise de langues étrangères est souvent exigée, et ce afin de faciliter la communication avec les unités de production qui peuvent être à l’étranger, dans le cadre de l’offshoring.

Le salaire, et les avantages

Le niveau de salaire de la fonction de responsable d’exploitation informatique reflète à la fois des responsabilités qui pèsent sur ce poste, mais aussi du niveau d’expérience (5 à 10 ans) exigé pour accéder à ce type de poste.

Selon le site Internet Cadresonline.com, le salaire annuel brut d’un responsable d’exploitation informatique se situait en 2007 dans une fourchette de 36 300 à 49 000 euros par an.

Le salaire annuel brut moyen se situait lui à 43 260 euros, avec un salaire fixe à 41 560 euros. Il est à noter que la rémunération fixe était en diminution de 3 à 9% selon les cas entre la période 2006 et 2007. La rémunération la plus élevée sur ce poste était de 56 160 euros.

“L’amplitude de salaire est très forte” confirme Emmanuel Didier, directeur de business unit chez Orsyp. “Tout dépend des enjeux de l’informatique dans les entreprises. En fait, il faut poser la question suivante : Combien ça coûte si l’informatique s’arrête ? Plus ça coûte cher, plus le salaire est élevé”.

Par ailleurs, 42,9% des responsables d’exploitation bénéficient d’une rémunération avec une partie variable, qui est en moyenne de 10,3% du salaire fixe.

Comme sur de nombreuses fonctions, il existe un écart de salaire entre la région parisienne et la province, qui porte sur 10,5%.

Enfin, il faut noter que les personnes qui accèdent à ce poste bénéficient souvent d’avantages dus à leur responsabilité, mais aussi au fait que ce sont souvent des grandes entreprises. PC, téléphone portables, et avantages sociaux comme les comités d’entreprises et mutuelle santé sont souvent de la partie.

42,9% des responsables d’exploitation bénéficient d’une rémunération avec une partie variable, qui est en moyenne de 10,3% du salaire fixe.

Emmanuel Didier (Orsyp) : “Le responsable d’exploitation doit maîtriser de plus en plus les problématiques métiers”

Quel est l’objectif des responsables d’exploitation ?

Ils sont les gardiens du temple et doivent s’assurer que la production informatique se fasse au quotidien.

C’est un rôle qui a beaucoup évolué et pris de l’importance car les enjeux et les moyens informatiques ne sont plus les mêmes dans les entreprises qu’il y a 15 ans.

C’est également un métier qui a changé sur le plan du managment. Pendant longtemps, c’était des experts sur des domaines informatiques pointus qui prenaient ces postes, mais comme les compétences en management sont de plus en plus importantes, ça a amené à des catastrophes en termes de gestion.

Si je peux me permettre un avis personnel sur la question; inversement, j’ai vu au cours de ma carrière des entreprises placer des gestionnaires pur et dur n’y connaissant rien à la technique à la tête d’un service informatique…  c’est pas mieux… voire pire

Depuis 10 ans, le responsable d’exploitation doit gérer des tâches très complexes du fait de la véritable industrialisation des processus informatiques. Et cela demande de véritables compétences en management.

Aujourd’hui, les profils changent et les anciens qui étaient avant tout techniques sont en train de se planter. Ce qui faisait leur force, c’est-à-dire l’expertise, est désormais sous traitée à des prestataires extérieurs. Il est impossible dans l’informatique d’aujourd’hui de tout savoir d’un domaine technique. Cela évolue très vite, et les clients laissent cela à d’autres.

”DSI et responsables de production font du management tous les deux mais avec des objectifs différents”

Comment se fait-il que le responsable de production se retrouve sur des fonctions managériales ? Le DSI n’est-il pas la personne en charge de cela au sein de l’informatique ?

Non, les DSI et les responsables de production font du management tous les deux mais avec des objectifs différents.

Le responsable d’exploitation doit gérer les coûts de run, de montée de charge, de gestion des compétences, des contrats sous traitance. Il ne fait pas face à des choix d’évolution stratégique comme c’est le cas pour le DSI, mais il se retrouve à devoir jouer un rôle de gestionnaire.

Au niveau du terrain, cela passe par un travail sur les indicateurs de production, et au final, les compétences techniques sont de moins en moins valorisées.

Justement, au niveau ressources humaines, quelles sont les situations auxquelles un responsable d’exploitation doit faire face au quotidien ?

Souvent, je note que les équipes d’exploitation regroupent des générations d’informaticiens très différentes. Cela provoque des chocs culturels qu’il faut savoir gérer, entre des informaticiens d’expérience, très carrés, qui ont travaillé sur de gros systèmes et des jeunes très peu structurés avec des bonnes connaissances des nouveaux outils mais qui ne connaissent souvent pas les contraintes de l’entreprise. Gérer ces différences est parfois un défi.

Responsable d’exploitation informatique, c’est un poste qui demande une grande disponibilité, et une gestion du stress particulièrement affutée. Les nouveaux outils de monitoring et de référentiels ont-ils permis un confort de travail plus important ?

Non, je crois qu’en fait, le stress s’est déplacé. Les outils de monitoring permettent de prendre de la hauteur sur l’infrastructure, c’est sur, mais l’aspect gestion opérationnelle, c’est plus que ça : plans de secours, tests, relations avec les prestataires, gestion RH, ce sont des domaines nouveaux, où la part de stress et le niveau de disponibilité sont très importants.

Mais ITIL donne un cadre tout de même assez précis…

”L’adaptabilité du responsable d’exploitation sera soumise à plus ou moins rude épreuve en fonction des activités de son entreprise”

C’est un peu tôt pour en parler. ITIL n’est réellement présent en France que depuis 10 ans. Les premiers projets n’ont pas été effectués pour les bonnes raisons, souvent implémentés par les DSI sans savoir pourquoi, plus pour s’assurer au niveau de leur direction générale en fait. On assiste maintenant à une seconde vague de projets qui devraient vraiment modifier la manière dont les responsables de production fonctionnent.

Un responsable de système d’exploitation peut-il évoluer d’entreprise en entreprise, de secteur d’activité en secteur d’activité ? La maîtrise des progiciels métiers spécifiques ne limitent-ils pas leur champ de connaissance ?

Non. La maîtrise des outils comme les ERP par exemple n’est pas un handicap pour ensuite travailler sur d’autres outils informatiques de production. En revanche, tout comme pour le DSI, le responsable d’exploitation se doit de maîtriser de plus en plus les problématiques métiers de son entreprise et les impacts de l’informatique sur les métiers. Donc une spécialisation par secteurs d’activité des entreprises s’opère forcément.

C’est d’autant plus vrai qu’en fonction des secteurs, le système d’information est amené à évoluer de manière plus ou moins forte et régulière. L’adaptabilité du responsable d’exploitation sera soumise à plus ou moins rude épreuve en fonction des activités de son entreprise.

Quelles sont les possibilités d’évolution après un poste de responsable de production ?

Historiquement, il n’y avait pas d’évolution de responsables de production vers des fonctions de DSI. Les responsables des études, plus proches des métiers, étaient des profils plus intéressants pour les recruteurs. Mais depuis 5 ans, on retrouve un certain équilibre entre les deux fonctions sur les recrutements au poste de DSI. En fait, beaucoup de responsables d’exploitation continuent leur carrière dans les SSII, pour prendre en charge les contrats d’infogérance, puis rebondir vers les postes de DSI ensuite une fois qu’ils ont acquis les compétences commerciales.

Emmanuel Didier est directeur de business unit chez Orsyp.

Ce dossier provient du site Journaldunet.com

A propos Nicolas Chopin

Fondateur du site SynerGeek.fr. Passionné par l'informatique, le web et les technologies, j'aime partager mes découvertes. Rejoignez-nous pour partager vos connaissances, vos expériences et développer votre réseau professionnel

Je vous propose également...

Veille technologique du 13-02-2016 1

Veille technologique du 13-02-2016

Résultat de ma veille technologique de la semaine, les articles qui m’ont intéressés, interloqués parfois… …

Veille technologique du 23/01/2016 2

Veille technologique du 23/01/2016

Résultat de ma veille technologique de la semaine, les articles qui m’ont intéressés, interloqués parfois… …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *