Wuala sous Linux 1

Wuala sous Linux

Wuala est une excellente alternative aux outils de sauvegarde en ligne comme DropBox, SpiderOak….

Wuala est écrit en langage JAVA et son utilisation sous Linux ne devrait poser aucun soucis et pourtant…. il y a quelques subtilités que je vais reprendre dans cet article.

Cet article a été rédigé pour une installation de Wuala sur une distribution Debian Squeeze – en fait, pour être plus précis la version alpha de ma distro Linux favorite : CrunchBang.

Tout d’abord, il y a plus d’informations officielles

http://www.wuala.com/fr/download/linux ou http://www.wuala.com/blog/2009/03/effective-usage-running-wuala-on-debian.html.

Wuala sous Linux 2

Pour résumer, il faut installer les dépendances requises: java, libfuse2, fuse-utils.

Ensuite, on télécharge le paquet DEB ou TAR.GZ. selon l distribution. On décompresse le TAR.GZ puis on lance le script “~/wuala/wuala” qui se trouvait dans l’archive , lequel appelle le runtime JAVA avec les options qui vont bien.

On peut utiliser aussi (c’est mon choix) le script que l’on trouvera ici (debian/ubuntu seulement).

Wuala sous Linux 3

Imaginons que je copie ce script dans un fichier nommé “w_install.sh”. Je rends ce script executable avec la commande :

sudo chmod +x w_install.sh

Je lance le script avec la commande

sudo ./w_install.sh

Ce script va télécharger et installer les prérequis (penser à valider les conditions d’utilisaion de JAVA) puis va  télécharger wuala et le décompresser dans le dossier “/opt/wuala/”.

Comme Wuala utilise FUSE pour monter les données du cloud dans un répertoire local, il vus faut ajouter l’utilisateur courant (“USER” dans cet exemple) au groupe “fuse”:

sudo addgroup USER fuse

Le script “/opt/wuala/wuala” ne fonctionne pas sous Squeeze en raison d’une spécificité de la gestion IPV6 de JAVA. Il faut éditer ce fichier

nano /opt/wuala/wuala

pour remplacer la ligne correspondante par :

$JAVA -ea -Xmx256m -Djava.net.preferIPv4Stack=true -jar /opt/wuala/loader3.jar -installed "[email protected]" &

Wuala est prêt à être utilisé. Pour le lancer à chaque démarrage de CrunchBang, il faut ajouter en fin de “autostart” la ligne “wuala &”.

L’interface graphique de Wuala pour l’utilisateur courant est en tout point identique à celle de Windows.

Wuala sous Linux 4

Après un  reboot, l’intégration FUSE est active et l’utilisateur courant peut accéder à ses fichiers soit depuis l’interface graphique

Wuala sous Linux 5

 

soit en parcourant le dossier virtuel “/home/USER/wuala/WualaDrive”.

Wuala sous Linux 6

Si votre Linux est destiné à un usage SERVER, sans interface graphique, il est possible de  de créer un script de démarrage automatique de Wuala. je me suis inspiré de http://pascal.nextrem.ch/2009/10/20/wuala-init-d-script/. Ce script appellera “/opt/wuala/wualacmd” et non plus “/opt/wuala/wuala”

sudo nano /etc/init.d/wuala

Le contenu du script est listé ci-dessous (remplacer wuala_username et wuala_password par vos identifiants wuala):

#!/bin/sh

#
### BEGIN INIT INFO
# Provides:          wuala
# Required-Start:    $network $local_fs $remote_fs
# Required-Stop:     $network $local_fs $remote_fs
# Default-Start:     2 3 4 5
# Default-Stop:      0 1 6
# Short-Description: start Wuala headless (wuala)
### END INIT INFO

# Variables
WUALA_USER="wuala_username"
WUALA_PASS="wuala_password"

case "$1" in
 start)
        # start commands here
        echo "Starting Wuala..."
        wualacmd login $WUALA_USER $WUALA_PASS &
    ;;
 stop)
        # stop commands here
        echo "Stopping Wuala..."
        wualacmd exit
    ;;
 restart)
        # restart commands here
        $SELF stop
        sleep 1
        $SELF start
    ;;
 status)
        # status commands here
        wualacmd showStatus
    ;;
 *)
        # no parameter specified
        echo "Usage: $SELF start|stop|restart|status"
        exit 1
    ;;
esac
exit 0

Ensuite, on rends ce script exécutable et au l’intégre aux services de démarrage automatique.

sudo update-rc.d wuala defaults

Après un  reboot, l’intégration FUSE est active et root peut accéder à ses fichiers soit depuis l’interface graphique soit en parcourant le dossier virtuel “/root/wuala/WualaDrive”.

L’ensemble des arguments peut être obtenu avec la commande

/opt/wuala/wualacmd -help

La commande suivante amorce l’échange d’espace disque avec le cloud de Wuala.

/opt/wuala/wualacmd startTrading

A lire aussi http://cloudservers.rackspacecloud.com/index.php/Ubuntu_-_Setting_up_Wuala

A propos Olivier Olejniczak

Cofondateur de SynerGeek.fr. Passionné d'informatique, je m'intéresse plus particulièrement aux technologies de virtualisation et de stockage. J'apprécie la liberté et la quasi-absence de frontières à mon imagination qu'offre l'OpenSource et Linux. Professionnellement, je travaille exclusivement avec les outils Microsoft. Les pieds bien sur terre et ancrés dans le quotidien de l'entreprise, j'aime faire partager mes découvertes et contribuer à un meilleur usage des technologies. Vous aussi, rejoignez-nous sur Synergeek et partagez votre expérience!

Je vous propose également...

Memento - Centos revenir en arrière après un yum update 7

Memento – Centos revenir en arrière après un yum update

Depuis quelques mois, j’utilise un serveur dédié chez EvxOnline, un très bon hébergeur et très …

Memento - Problème https et certificate error 8

Memento – Problème https et certificate error

J’utilise depuis plus d’un an un outil d’administration de sites web appelé i-MSCP (pour Internet …