ESXi: performances des stockages déportés

ESXi de vmware est une solution gratuite de virtualisation professionnelle.Le problème qui apparait très rapidement dès l’instant où l’on prend goût à cetype de technologie est la capacité à stocker (à moindre coût) un grand nombre de Machines Virtuelles « VM ».

ESXi supporte des espaces de stockage « datastore » déportés vers des disques ISCSI ou des  partages NFS. J’ai réalisé une série de tests afin de quantifier les performances des ces technonolgies.

Pour cela, j’ai monté un serveur ESXi contenant deux VM :

Un Microsoft Windows XP avec les « vmware tools » installés et le logiciel « crystal disk mark » pour mesurer les performances en accès disque.

Un NAS (freenas 0.69r2 64bits – 1024Mo RAM)qui partage un disque virtuel (pas de RAID) en NFS (monté comme « datastore nfs ») et deux autres disques virtuels en ISCSI. Le premier disque ISCSI est monté comme un « datastore iscsi ». Le second disque ISCSI est monté comme « e : » dans Microsoft Windows XP avec le « SCSI initiator » en téléchargement chez Microsoft.

La machine virtuelleMicrosoft Windows XP a été copiée sur « « datastore nfs » et « datastore
iscsi ».

Une seule machine virtuelle XP a été lancée par séquence de test. Plus les indices sont élevés, plus
les performances du disque sont élevées.

Les performances mesurées sont les suivantes :


  • XP sur datastore1 : indice 35
  • ISCSI sur XP sur datastore1 :indice 30
  • XP sur datastore iscsi:indice 25
  • XP sur datastore nfs :indice 5

Les tests ont été répétés avec des NAS openfiler et nexentra sans constater de grandes différences.

On remarque que les performances en NFS sont très médiocres !

D’autres tests réalisés avec un datastore en SAS RAID5 montrent que les performances sont directement liées aux performances des disques (et du réseau).

D’après les informations que j’ai pu collecter sur internet, les performances du stockage déporté seraient bien plus élevées en présence d’un NAS physique de la marque netapp ou EMC.

A propos Olivier Olejniczak

Cofondateur de SynerGeek.fr. Passionné d'informatique, je m'intéresse plus particulièrement aux technologies de virtualisation et de stockage. J'apprécie la liberté et la quasi-absence de frontières à mon imagination qu'offre l'OpenSource et Linux. Professionnellement, je travaille exclusivement avec les outils Microsoft. Les pieds bien sur terre et ancrés dans le quotidien de l'entreprise, j'aime faire partager mes découvertes et contribuer à un meilleur usage des technologies. Vous aussi, rejoignez-nous sur Synergeek et partagez votre expérience!

Je vous propose également...

J’ai tout cassé mon Xpenology

Cette semaine, je me suis offert un disque SSD, un Intel 530 de 240 Go, suite à la vente d'un vrai Synology CS-407. L'objectif étant de m'en servir pour héberger mes VM du HP N54L. Tout content, je m'empresse de déplacer mes quelques VM, Ubuntu, Debian, Zeroshell, Pfsense, Win 7 et enfin Xpenology... Et là c'est le drame !!!

Utiliser un disque en Raw Device Mapping (RDM) pour Xpenology

Suite à mon dernier article sur l'installation des VmWare tools sur la VM Xpenology, un lecteur m'a rapporté en commentaire quelques soucis pour intégrer un disque en RDM. Comme je ne m'étais pas fait de doc, c'est l'occasion de me rappeler la procédure.

6 commentaires

  1. Après analyze, il s’avère que NFS communique avec le réseau en broadcast. Par conséquent, si le nombre I/O croit, la charge réseau s’accroit considérablement ce qui finit par nuire aux performances de l’ensemble!

  2. pas forcément.
    ce ne sont là que des informations d’ordre générale – des tests réalisés afin de valider une solution plutôt qu’une autre.
    L’implémentation finale, sera elle fortement documenté et consistera en un document à usage exclusivement interne.
    Le but de cet article est autand de donner une information que de receuillir l’expérience d’autres utilisateurs de ESXi.

    Maintenant, la complexité des systèmes informatiques va croissante – Je suis le responsable d’un service en pleine restructuration.A ce titre, je dois arbitrer des choix forcéments complexes – Pour m’assister dans cette tâche, je n’ai pas les moyens d’acheter des solutions packagées ou de me faire assister par des cabinets d’experts. Alors, je me tape une bonne partie du boulot des tests et de validation.
    Peux-être que me partron lira ton commentaire et ce rendra compte de la valeur ajoutée de son DSI.

    Je trouve bizarre cet obsession de préparer ton départ dans chacune de tes actions….

    • Je viens juste de mettre en place une baie à base de DELL MD1000 avec 12 disques SATA de 500Go chacun. La baie est pilotée par l’OS NEXENTA Core (http://www.nexenta.org/) (je reviendrai là dessus dans un article très prochainement).Elle alimente 5 serveurs ESXi (3.5 & 4).Je confirme que les performances globales en ISCSI sont 10x à 40x fois supérieure à NFS: * surtout en charge, * surtout avec des OS virtualisé type XP ou 2003.Evidemment, tout dépend de la façon dont on utilise le PC virtualisé.A noter que ISCSI avec Esxi 4 (Vsphere) est trois fois plus rapide (à des conditions de test égales) que ISCSI avec Esxi 3.5.

  3. C’est tout de suite plus clair !!! ;o)

    Ca fait pas un peu usine à gaz ton montage ? Je plains celui qui reprendra ta place le jour où tu partiras.

  4. indice est une valeur quantifiant les performances en lecture/ecriture sur le disque. La valeur absolue importe peu pour ce post. Ce qui est intéressant se sont les différentiels de performances I/O selon que la VM est stockée sur un disque présent dans l’ESXi ou présenté en ISCSI ou NFS par un NAS

  5. J’ai pas trop compris. Que mesure l’indice exactement ? vitesse, temps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.